La joie des repas de famille!

Je m’adresse à toutes les femmes responsables de la cuisine, bonjour à vous toutes!

 

J’ai pensé à vous le week-end dernier, car j’aurais bien eu besoin de vos conseils, croyez-moi… Benjamin a eu l’idée de génie d’inviter toute sa famille qui habite hors des murs de Paris (pour la plupart, à Orléans et à Nantes) pour un week-end chez nous, avec grand repas, soirée diapos ou vidéos de vacances, et brunch en ville le dimanche…comme tous les ans.

 

Bien entendu, on me prévient trois jours à l’avance, et c’est à moi que revient l’achat des courses et tous les préparatifs dans la maison. Heureusement que nous avons deux chambres d’amis! Mais la question qui m’angoissait le plus, et sur laquelle vous m’auriez été si précieuses, était celle du repas…

 

Malgré que je m’entende à merveille avec mon beau-frère et mes deux belle-soeurs, ce sont mes beau-parents qui me posent problème. Comme certaines d’entre vous le vivez tous les jours, la relation belle-fille belle-mère n’est pas la plus évidente.

 

Depuis le premier jour, ma belle-mère a toujours été aimable et  polie, mais je ne me suis jamais sentie tout à fait à l’aise. Je fais de mon mieux pour lui plaire, et j’ai ainsi décidé de faire de ce dîner une célébration en l’honneur d’Emilie (ma belle-mère).

 

En une après-midi, la maison a été nettoyée, les chambres prêtes, et les provisions faites. Je me sentais invincible! Me rappelant des allergies et préférences de chacun, j’avais concocté avec amour des petits plats délicieux.

 

Le jour J arrivé, toute la tribu dans notre salon prenait un apéritif de retrouvailles quand je remarque Emilie tordre le nez devant mes petits-fours (que j’avais payé une petite fortune): des mini brochettes de pruneaux et bacon, des vol-au-vents et des toasts au foie gras…alors merci l’ingratitude!

 

Un fois à table, tout le monde me félicite sur mon poulet au champagne et ma jardinière de légumes. J’avoue que moi-même je me suis épatée, surtout par mon soufflé saumon-courgette… Quel bonheur de voir toute la famille de Benjamin de bonne humeur et le ventre plein…tous, sauf une! Emilie, qui m’a toujours dit que le saumon et le poulet étaient ses préférés, n’avait pas touché à son assiette.

 

Je repars direction cuisine avec ma belle-soeur pour découvrir avec horreur qu’Emilie est devenue végétalienne!! Pas de poisson, pas de viande, pas d’oeufs…mais qu’est-ce que c’est que cette nouvelle mode à 74 ans!

 

Comme d’habitude, je suis la dernière informée, car Benjamin le savait mais n’a pas pensé à me le dire. Du coup, repas râté, belle-mère affamée et grincheuse, et week-end en famille gâché. Heureusement que mon amour de mari a repris les choses en main et a couru chez le traiteur pour ramener des mets végétaliens (qu’aucun d’entre nous n’a voulu toucher).

 

Alors, mesdames de la cuisine, qu’auriez-vous fait à ma place? Je suis sûre que vous auriez trouvé une solution in-extremis, mais le regard désabusé d’Emilie sur ma décoration et mes efforts pour faire de cette réception une réussite m’a laissé dégoûtée et dépitée.

steak (1)

Et vous, les filles, comment faites-vous? Avez-vous des astuces pour faire face à votre belle-mère? Tous commentaires sont les bienvenus!

Juliette, carnivore et fière de l’être…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>