Category Archives: Uncategorized

Vive le ski…sans les bobos!

Salut les copines (et les copains)!

 

Je regardais la télé l’autre jour, et je suis tombée sur Vidéo Gag, l’émission qui diffuse des vidéos de gadins et autres situations comiques. Ce sont surtout des vidéos de vacances en famille, et ça me fait toujours autant rire!

 

L’une d’entre elles se passait aux sports d’hiver, et soudain, il m’est revenu une petite anecdote que je voulais partager avec vous…

 

Il y a deux ans, je suis allée faire du ski pour la première fois de ma vie (et la dernière, croyez-moi). Je sais, 32 ans, c’est un peu tardif pour un baptème de neige…mais quand j’étais plus jeune, ma famille était plus pantouflarde, à la campagne au coin du feu, ou à visiter les châteaux de la Loire.

 

Bref, mon “Roméo” de mari avait tout organisé pour moi: Camille chez mes parents (Clément n’était pas encore un embryon à l’époque, lol!), les bagages tout prêts, les achats de dernière minute faits (parka, salopette de ski, doudoune, après-ski…etc), j’étais la femme comblée!

 

Nous voilà partis direction Chamonix, lorsque je me rends compte de la folie de la chose… Chamonix, le QG des skieurs pro! Et moi, priant que l’art de skier me vienne naturellement… Benjamin me rassure tout de suite en me disant qu’il y a des pistes vertes pour les débutantes comme moi (moyenne d’âge, 6 ans je devine).

 

Une fois arrivée, plus de craintes, l’aventure des glaces commençait! Dés le premier essayage des chaussures et des skis, la peur me reprend: zut, quelle moviette je suis! Tant pis, on continu comme si de rien n’était…

 

Refusant la piste verte, j’avais décidé de tenter ma chance sur la piste bleue qui était bien moins encombrée par les écoles de ski ou les super doués du mono ou du ski-blade… Avec courage, j’écoute Benjamin qui me donne les dernières directives, et hop! Je me lance…

 

chute ski (1)

8 minutes plus tard, les secouristes me ligotent sur un brancard, en route pour les urgences…Benjamin sur ma droite me regarde, tout ému…et lorsque les ambulanciers nous demandent d’où nous venons, ils roulent des yeux au mot “Paris” (je n’ai jamais compris pourquoi les parisiens avaient une telle réputation), mais quand ils apprennent que c’étaient MA première tentative sur neige, impossible de garder leur sérieux: les trois ambulanciers s’en donnent à plein coeur, et moi je meurs de honte.

 

Depuis, la seule fois que je touche de la neige dans l’année, c’est pour faire un bonhomme dans le jardin avec Camille, ou  une bataille de boule de neige avec Benjamin pour la faire rire.

 

Mesdames les sportives d’hiver, ou les amatrices en herbe, un petit conseil, ne jamais mentionner votre provenance au risque de causer l’hilarité de toute une communité (à ma sortie de l’hôpital, tout le monde savait qui j’étais et la stupidité de mon accident…même à l’hôtel!). Paris, je t’aime?? Mais pas au-delà du périphérique, lol!

 

Si tout comme moi il vous est arrivé des bêtises de la sorte, alors commentez, et on pourra former un club: “le club des chèvres”.

 

Á plus, les copines!

Juliette, la reine des neiges (lol!)

Aimer l’art ou l’art des mets!

Salut mesdames (et messieurs?),

cuisine (1)

Pardonnez-moi mon titre un peu poétique, mais j’avais tellement envie de vous parler de l’art et de la cuisine (d’où mon jeu de mots).

 

Comme toutes jeunes mamans au foyer, je me suis trouvé des goûts et intérêts que je n’avais pas avant. Depuis déjà trois ans, je me suis découverte un amour profond pour l’art sous toutes ses formes: peintures, sculptures, photographie, architecture, musique….mais aussi le culinaire!!

 

Flo, une de mes copines qui travaille dans les arts plastiques (prof de métier, mais peintre dans l’âme), m’a envoyé un mail l’autre jour sur une exposition qui n’avait lieu que pendant un jour…bizarre. “L’art périssable” était l’intitulé de cette expo, et franchement, me donnait une impression de déprime plus que d’envie.

 

Mais comme Flo est quelqu’un à qui je ne peux pas dire non, j’ai décidé de l’accompagner quand même ce soir-là, et j’ai du supplier mon gentil mari de s’occuper des deux petits gremlins pour moi (non pas sans difficulté).

 

20 heures pile, Flo sonne chez moi, je grimpe dans sa 207 toute neuve (un vrai petit bijou!), et nous voici en route vers la gare de l’Est. Ne sortant pas souvent le soir, je m’étais mise une petite robe noire classique (acheté pour les funérailles de ma tante Jocelyne l’an dernier) et une veste blanche, style boléro.

 

Arrivées dans une petite ruelle de quartier, Flo et moi nous avançons vers la devanture d’une brasserie qui avait ouverte ses portes pour l’occasion. “L’art périssable” était clairement visible sur le panneau de rue en travers du trottoir…

 

Et là, la surprise! En entrant, les yeux grand ouverts, j’admirais les petites tables jonchées ça et là qui présentaient sur chacune d’elle un mets artistique:

-Les tournesols de Van Gogh,

-Les nénuphars de Monet,

-Les danseuse de Degas,

-La Vénus de Milo….etc

 

Les plus grandes oeuvres du monde étaient là, sous notre nez, alléchantes et tentatrices!

En moins d’une heure, après une présentation de l’artiste, nous étions tous invités à prendre une fourchette et un petit verre, et à tester tous ces mets délicieux…des tournesols en pâte d’amande, au curaçao des nénuphars, j’ai passé l’une des meilleurs soirées de ma vie!

 

Du coup, je me suis lancée dans l’art culinaire et suis maintenant relativement bonne dans la fabrication des “cup cakes” et de leur décoration. Si vous avez l’occasion, recherchez sur internet une expo similaire: c’est une soirée à ne pas manquer!

 

Je sais également qu’il existe des cours de cuisine artistique dans plein d’endroits à Paris…mais avec les petits, je suis coincée. Si vous avez vécu des choses identiques, allez-y mesdames, je me régalerais de vous lire!

 

Á très bientôt, les fées du fourneau!

 

Juliette, héritière de Monet et de Claudel (si seulement c’était vrai, lol!)

Les maris en crise…de la quarantaine!

Salut les filles!

 

Aujourd’hui, je m’adresse à toutes les femmes, mères ou pas, qui partagent la vie de ces créatures mystèrieuses et infantiles que l’on appelle “les hommes”… Pardon messieurs si vous lisez ceci, mais sachez que nous aussi, les femmes, vous trouvons complexes et difficiles à satisfaire…

 

Je suis loin de critiquer nos Princes Charmants, car je ne pourrais pas vivre sans le mien, et je n’oserais pas analyser la psychologie masculine qui varie d’un homme à l’autre. Mais voilà, il y a bel et bien une phase de notre vie terrestre qui touche tous les hommes, et les rendent identiques.

 

C’est comme si cette phase les ramenait soudainement une époque lointaine et révolue, celle de l’enfance! Ils ne regressent pas, mais semblent redevenir petits garçons, dans les jupons de leur maman (donc nous, à priori).

 

Mes chères lectrices, cela s’appelle le passage de la quarantaine, et je l’ai vu maintes fois dans mon entourage. Pour permettre à l’homme de passer par ce cap difficile, nous les femmes devons souvent fermer les yeux sur des achats ou envies (pre-pubères, pour beaucoup) afin que notre conjoint se sente satisfait, et moins déprimé.

 

Cette crise de la quarantaine peut prendre toutes sortes de forme:

  • Mon grand frère Gilles, et sa nouvelle acquisition: une Ferrari Testa Rossa (bien au-dessus de ses moyens).
  • Mon voisin Hubert, et son nouveau passe-temps: le “paint-balling” (assez douloureux pour sa femme).
  • Mon beau-frère Vincent, et sa nouvelle passion pour les War Hammers (petites figurines guerrières à peindre)…et je vous en passe bien d’autres.

 

Donc voilà, c’était au tour de Benjamin d’y passer le mois dernier…et les premiers signes annonciateurs s’approchaient dangereusement. “Chérie, tu ne trouves pas que mes muscles se sont résorbés récemment? Je devrais prendre abonnement à la nouvelle gym qui vient de s’ouvrir en bas de la rue, qu’en penses-tu?”. Avec la tonne de paperasse que mon pauvre Benjamin doit abattre chaque soir, j’ai évincé la question en allant me faire couler un bain.

 

Puis un deuxième signe le lendemain, “Mamour, ça te dirais d’aller à une conférence sur “La Guerre des Etoiles” tout costumé? Tu pourrais être Princesse Leia, et moi Luke Sky Walker, ce serait cool, non?”. Et finalement, pendant une semaine, Benjamin s’est mis à utiliser du verlan, et autres expressions juvéniles, devant mes copines, histoire de “faire plus cool”, selon lui…oups, c’était plutôt râté.

 

Du coup, j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes et de lui trouver LA chose qui l’aidera à passer le cap, avant que ce ne soit notre compte en banque qui en souffre. Comme mon mari a toujours était féru de jeux de société et de cartes, j’ai trouvé ce site internet “Lucky31” qui est une sorte de Casino en ligne, et qui offre toute une panoplie de jeux gagnants pour le plaisir de mon mari.

 

Une fois l’offre faite, Benjamin a laissé tombé la gym ou La Guerre des Etoiles et a passé environ une heure par jour sur ce site où il pouvait s’y donner à coeur joie, et parfois gagner de l’argent! Pour ma part, j’ai enfin retrouvé mon “Roméo”, serein et satisfait, ayant passé la barre de la quantaine avec tous les honneurs!

Juliette, sauvée par le Black Jack!

Paris…à la folie!

Coucou les parisiens (ou simple visiteurs)!

 

J’avais envie de vous parler de mes systèmes D à Paris…et oui, comme beaucoup de parisiennes, la vie de famille et ses déboires ne sont pas facilités par l’incessante effervescence de notre belle capitale…en bref, Paris est parfois maudit!

 

Pour vous présenter les choses clairement, je me limiterai à ces deux catégories:

Transport et shopping.

 

J’espère de tout coeur que cela aidera certaines (ou certains) d’entre vous qui, comme moi, trouvent le luxe d’habiter dans “la ville la plus romantique du monde” un peu chéro, et peu pratique.

 

1- Numéro un du stress quotidien: les déplacements…routiers ou ferroviers, par moment, on aimerait bien avoir des ailes aux pieds!

ratp (1)

Entre la RATP et ses heures de pointe, avec un bébé en poussette et une petite qui titube au lieu de marcher, c’est l’angoisse assurée, lol!

Sinon le bus, à l’heure ou en retard, ne comptez pas arriver à votre destination sans bleus (la position assise est un luxe rare, que même les mamans ont rarement la chance de goûter).

Finalement, la bonne vieille voiture, fidèle, pratique…mais si vous comptez sur une circulation fluide et de l’essence à bas prix: déménagez tout de suite en Dordogne ou en Auvergne, mes amis!

 

Solution suivant le contexte:

-En semaine, sans enfants sur les bras, et à moins de 5 kilomètres: choisissez le vélib’. Je sais, je sais, la météo doit être de notre côté…mais croyez-moi, vos mollets et votre porte-monnaie vous diront merci!

-En semaine, avec enfants et avec une heure d’arrivée précise, le métro ou RER (selon domicile), mais prenez une bonne longueur d’avance, disons 25 minutes de battement (pour la ruée entre les correspondances), ou le bus (si la ligne est directe, c’est un plus!).

-Le week-end et jours fériés, franchement, si vous ne pouvez pas le faire à pied, alors le vélib’ si c’est central, ou le bus. En voiture, évitez le périphérique, c’est un cauchemar…

-Si vous vous rendez à votre travail, pensez au co-voiturage: il y a plein de sites internet et c’est une occasion inespérée pour se faire de nouvelles connaissances!

 

2-Le shopping…ah, l’éternel féminin!

 

shopping (1)Là, mesdames, il n’y a que trois adresses qui satisfont toutes les bourses: Créteil Soleil, Italie 2 et les 4 Temps. Suivant votre location, ils sont plus ou moins centraux, mais par RER, c’est plus facile.

 

Si vous avez un budget moins serré que le mien, alors faites-vous plaisir et allez dans la Vallée Village outlet shopping…. le luxe et la mode à plus petits prix. Ma copine Virginie ne jure que par lui, et s’est trouvée un sac Prada, des chaussures Jimmy Choo et une petite robe de cocktail Dior pour une bouchée de pain (enfin, une GROSSE bouchée, ahahaha!).

 

Certaines d’entre vous me direz: “C’est bien joli tout ça, mais qu’est-ce qu’on fait des enfants?”, mais voilà la solution! Si vous n’avez pas de parents ou beaux-parents dans les parages…recherchez les garderies (ou animations pour enfants) dans les centres commerciaux…certaines sont gratuites la première heure, et vos petits sont bichonnés et dorlotés, avec dessin animé sur écran géant, salle de jeux et autres activités organisés par des jeunes filles certifiées “nurses”.

 

Bref, la clé du problème! Seul hic, les âges varient d’une garderie à l’autre, et je dois trimballer  mon petit Clément  bien souvent. Mais je dois admettre que retrouver ma fille aux anges, éreintée d’avoir trop joué, et me montrant fièrement son petit minois grimmé (chat, papillon, tigre…etc), je me dis que c’est quand même rudement mieux que de l’enfermée chez mamie et son appartement miniature.

 

Si d’autres mamans comme moi ont des supers tuyaux pour nous faciliter la vie à Paris, alors n’hésitez pas à commenter!

 

Á bientôt pour de nouvelles aventures!

 

Juliette (qui aimerait tant que la téléportation existe!)

La vérité sort de la bouche des…mamans??

Bonjour tout le monde!

 

Aujourd’hui, je m’adresse tout particulièrement aux parents, et futurs parents, qui ont fait, ou devront faire face aux questions existentielles de nos chères têtes blondes.

 

Lorsque je dis “questions existentielles”, vous voyez ce que je veux dire: le père Noël, la petite souris, et la cigogne nous facilitent bien la tâche, il faut l’avouer… Mais voilà, quand il s’agit de sujets plus délicats, il est souvent du ressort de la maman pleine de sagesse ou du papa plein de bonne volonté (pardon messieurs, mais quand vous essayez de trouver les bons mots, c’est souvent la maman qui finit vos phrases) d’expliquer de manière claire et concise (dur, dur) la chose en question.

 

Moi qui espérais avoir encore quelques années de répit d’ici la question Q! Manque de chance ou mauvais “timing”, ma fille Camille m’a prise au dépourvu aujourd’hui-même.

 

Imaginez la scène:

Benjamin et moi, nous relaxant devant la télé après que nos deux petits monstres se soient  endormis tant bien que mal (à première vue), et voici la Miss Camille dévalant les escaliers et faisant son entrée dans le salon, doudou sous le bras, les yeux plein de plumes, et ses belles boucles dorées toutes ébouriffées (elle a les cheveux de son papa, tout comme les anges de Raphael).

 

Á priori, rien de bien palpitant me diriez-vous…tout à fait d’accord, si ce n’est la tirade de ma petite puce qui s’ensuivit:

“Dis, maman, comment Clément est arrivé? C’est papa qui l’a acheté? Et comment il est entré dans ton bidou?…” etc.

 comment on fait les bebes (1)

Inutile de préciser que mon mari et moi étions ahuris par la chose, et un peu perdus aussi. Que faire? Quoi répondre? Le moment si craint est finalement arrivé. Alors, comme tous parents dignes de ce nom, nous avons assis notre petite curieuse entre nous….et nous nous sommes regardés l’un l’autre, avec l’espoir qu’elle s’endorme dans la seconde qui suit.

 

Pas de bol, Camille était aussi réveillée et alerte qu’un coq fermier à 5 heures du matin. Et là, coup de théâtre! Benjamin se lève et me dit tout haut: “Ta fille t’a posé une question, non?”, puis disparaît dans le couloir menant à la chambre à coucher…

 

Non mais franchement, les filles, avez-vous un mari ou compagnon avec autant de toupet? Moi, je suis restée pantoise! Heureusement que j’ai plus d’un tour dans mon sac! Ayant eu une conversation avec Virginie, une amie proche et maman de cinq bambins, j’ai opté pour la même solution.

 

“Ma chérie, ton petit frère a été fabriqué dans mon ventre, donc papa ne l’a pas acheté. Et pour ce qui est de l’avoir mis dans mon bidou…c’est ton papa qui peut t’expliquer, puisque c’est lui qui a fait tout le travail”.

 

Bingo! Renversement soudain de la situation, auquel Camille répond:

“Ah, d’accord, c’est pour ça que Clément ressemble à papa. Papa!! Papa!!”, cria-t-elle de plus belle, mais mon évadé de mari a fait la sourde oreille, et Camille est retournée se coucher sans causer d’autres troubles…jusqu’au prochain épisode!

Moralité, les mamans dépendent plus de leurs copines que l’on ne croit! Merci Virginie!

 

Juliette (une petite manipulation vaut mieux qu’un gros mensonge)

Les malheurs de Juliette

Bonjour tout le monde!

 

Me revoilà pour une deuxième édition…et non pas des moindres. Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi il y a parfois des jours où tout va mal? Et bien hier, c’était mon tour….

 

Comme beaucoup d’entre vous, mesdames, je suis la seule responsable des courses alimentaires ou ménagères à la maison: “pas de boulot, donc pas d’excuses, ma puce!” comme mon petit mari aime à me le rappeler.

 

Alors me voici, comme chaque jour, prête et pleine d’énergie (mon Clément avait fait une nuit de 7 heures, vous vous rendez compte!!), sur le point d’enfiler mes supers chaussures de marche (assez mémé comme look, mais si confortable!! Vous voyez de quoi je parle…), lorsque j’entends un bruit infernal venant de la buanderie….

 

Je m’y approche prudemment quand….HORREUR!! Les yeux rivés sur la machine à laver vieille de 12 , en train de danser la rumba, dégoulinant de mousse, et la porte menaçant de s’ouvrir d’un instant à l’autre….

 

Mesdames les fées du logis se sont déjà retrouvées dans cette situation, j’en mettrais ma main au feu! Alors? Les Sherlock Holmes des temps modernes? Avez-vous une petite idée du coupable et de l’arme du crime?? Patientez encore un peu….Hercule Poirot est sur le chemin…

 

Délaissant mes chaussures et mon sac à main, je me jète façon Superman (mais avec la grâce du bibendum Michelin…moins “style”, je sais) sur la machine et réussis à presser le bouton stop pendant 5 secondes, tout en dansant de droite à gauche. Une fois le tintamarre terminé, me voici à contempler le drame, des larmes chaudes me coulant sur les joues de rage:

 

Premières constatations:

  • Le sol en lino: récupérable, mais risque de gondoler.
  • Le linge: couleurs et blancs mélangés, pas bon signe…
  • La machine: fuite évidente de la porte, caoutchouc à remplacer…

machine a laver (1)

En bref, il n’y a pas mort d’homme, juste une grosse peur….et un sacripant derrière tout cela à qui je vais chauffer les oreilles!!

 

Indices menant au coupable:

  • Linge non séparé,
  • Tiroir du détergent débordant de poudre et d’adoucissant,
  • Empreintes de doigts suspectes, de couleur brun foncé (probablement du Nutella),
  • Des ronds de tasse marron sur la machine (traces de café, assurément…).

 

Et finalement, le coup de grâce, la preuve tangible pointant directement vers le nom du seul et unique responsable: le lapinou bleu de ma fille Camille et la cravate fétiche rouge de mon cher et tendre, me nargant à travers le hublot de la porte….

 

loupe detective (1)

Ah, ah, ah! Mon coupable est en fait un duo…ma propre fille, associée à mon mari, et lui donnant un petit coup de main de dernière minute: les coquins! Tous deux me suppliaient de laver leur article bien aimé….j’aurais du m’en douter! Du coup, adieu les courses et bonjour l’improvisation du dîner ce soir!

 

Une fois mes lascarts rentrés,  j’avais tout juste assez d’énergie pour leur attribuer “gentiment” la médaille d’honneur de l’inondation ménagère! Autant vous dire que tous deux ne m’ont pas piper mots depuis hier…mais aujourd’hui, en me réveillant, j’ai trouvé le plus beau poème qu’un homme puisse écrire à sa femme, et le plus beau dessin de ma fille sous mon oreiller.

Moralité mesdames: inutile de programmer à l’avance votre journée…elle se programmera toute seule. Mais c’est souvent dans les moments les plus tendus que notre entourage fait preuve de leur amour sincère…alors j’ai hâte de la prochaine cata! Des fleurs ou des chocolats? Lol!

 

Á toutes les mamans qui courent comme des dérapées, je vous salue et sympathise…vraiment!

 

Á demain, j’espère…pour une autre aventure désopilante!

 

Juliette, maman, nageuse et détective…

Juliette, maman et femme comblée!

Très chers lecteurs et lectrices,

 

Ça y est! Je me lance enfin dans l’aventure palpitante qu’est le monde des blogueurs et blogueuses…et écris mes premières lignes aujourd’hui. Un peu parce que ma copine Véro m’a convaincu de l’effet thérapeutique de la chose, mais aussi beaucoup pour toucher d’autres femmes qui vivent une vie similaire à la mienne.

romeo et juliette (1)

Voilà, je m’appelle Juliette (merci Shakespeare! Ma mère était fan de cette tragédie, mais mes copains d’école l’étaient un peu moins) et je vis à Paris avec mon “Roméo” de mari, et mes deux petites merveilles: ma fille de 6 ans, Camille, et mon dernier petit bout de chou de 4 mois, Clément.

 famille (1)

Á 34 ans, je me considère plutôt chanceuse sur le plan familial: un amour de mari qui me bichonne et deux petits anges qui me font tourner en bourrique…donc j’ai tendance à me sentir plus jeune que je ne le suis… Ah! Pourvu que ça dure!

 

Benjamin, mon autre moitié, est mon héros des temps moderne: il travaille si dur à la BNP Paribas que je n’ai même pas besoin d’avoir un emploi…et non, c’est le luxe pour moi, malgré que je me sente coupable par moment, surtout quand je le vois tendu et stressé en fin de mois.

 

Pour tout vous dire, ma vie – comme la vôtre peut-être – suit un train-train quotidien qui me convient, mais me laisse sur les rotules le soir bien souvent.

 

Imaginez-vous un peu:

 

-lever 5 heures (ou plus tôt, c’est mon petit Clément qui fait la loi), je jongle entre biberon, couche et baby-grow…pour m’assurer à 6 heures que Benjamin est debout (moi qui pensais n’avoir que deux enfants à charge, lol!).

-S’ensuivent  le réveil et le petit-déjeuner de Camille, puis la course éfreinée à la maternelle, pour revenir chez moi avec Clément sous le bras….en réalisant que j’ai toujours mes pantoufles aux pieds!

-La journée, c’est ménage-shopping-copines, suivant un programme très serré….et dés 16 heures, rebelote: goûter, bain pour mes deux loustiques, pyjamas et moment câlin avec maman (qui pourrait déclarer forfait à tout instant).

-Le soir, mon “Roméo” arrive vers les 19h30 (de bonne humeur ou pas, c’est comme avec la roulette Russe!), et moi à mes fourneaux qui m’active pour concocter quelque chose de décent.

-Coucher vers 20h30 pour mes petits monstres, et un instant de répit pour nous deux…bref, autant vous dire que le temps de mes petits soins beauté est révolu depuis belle lurette!

 

Je sais, je sais…beaucoup d’entre vous doivent se dire “Mais sur quelle planète vit-elle celle-la? Ma vie est bien plus stressante et remplie que la sienne!”, dans ce cas-là, je vous salue bien bas! Tandis que d’autres se verront (ou plutôt se liront) en moi…Et oui, les mères au foyer ont aussi leur moment de lucidité!

 

Voilà juste un petit clin d’oeil de ma vie quotidienne…mais j’ai bien l’intention de vous en dire plus! Surtout sur mes astuces et conseils pour les tracas auxquels vous, mesdames, devez faire face tous les jours…faîtes-moi confiance, et suivez mes aventures pour que l’on s’entre-aide, les unes les autres!

 

Á très bientôt j’espère!

Juliette, qui a hâte de lire vos commentaires….